Suivez-nous

Actu/News

[Brève #107] 13 millions de dollars, GirlsDoPorn encourt une condamnation record !

Clint B

Publié

le

La Cour Supérieur de San Diego s’apprête à rendre son verdict dans l’affaire GirlsDoPorn. Et au vu du réquisitoire du juge Kevin Enright, il semblerait que ça sente méchamment le sapin du côté Michaël Pratt, Matthew Wolfe et Andre « Dre » Garcia, les associés de la crapoteuse boutique. 12,8 millions millions de dollars ! Les escrocs, présumés mais plus pour très longtemps, pourraient sous peu être condamnés à verser pratiquement 13 millions de dollars aux vingt-deux victimes déclarées : 9,476 millions de dollars au titre du préjudice subi et 3,3 millions de compensation punitive. Une condamnation record toutefois en-deçà des 22 millions réclamés par l’avocat des plaignantes.

Le procès du « studio » GirlsDoPorn courrait depuis plus de deux ans, décrivant avec une régularité effroyable les manigances toujours plus sordides des futurs condamnés. Fraude, contrats illégaux, infractions aux droits à l’image, violation du code de la profession, cession frauduleuse ; bien que formelles les charges retenues à leur encontre donnent une idée assez représentative de leurs méthodes. Ces méthodes, le juge Enright les résume ainsi : l’équipe de GirlsDoPorn « a pris des mesures considérables et calculées afin de prétendument assurer aux modèles qu’elle recrutait que leurs vidéos ne seraient jamais publiées en ligne, diffusées aux Etats-Unis ou vues par quiconque pourrait les connaître. Les garanties de confidentialité et de sécurité des accusés étaient renforcées par des « références » rémunérées – des femmes engagées qui étaient, ou se faisaient passer pour de précédents modèles et (selon un script préalablement convenu) fournissaient aux nouvelles recrues l’assurance mensongère que l’expérience était sûre et agréable, et que les vidéos n’étaient jamais apparues en ligne ou n’avaient été découvertes par qui que ce soit de leur entourage ». Les séquences étaient bien entendu immédiatement publiées sur le site GDP.

L’instruction souligne en outre la nature très suspecte des entreprises de doxxing -divulgation publique des noms des modèles, courriels anonymes adressés à leurs proches- concomitantes aux réclamations des plaignantes, reconnaissant à demi-mots l’implication de GirlsDoPorn dans le slut-shaming orchestré à l’encontre de leurs modèles.

Michaël Pratt, Matthew Wolfe et Andre « Dre » Garcia ont dorénavant jusqu’au 17 janvier pour faire appel de ce réquisitoire. Mais étant donné la fuite du principal intéressé, Michaël, et le caractère unilatéral de responsabilités décrites dans la déclaration, il y a fort à parier que la condamnation sera confirmée d’ici 15 jours. Nous pourrons alors légalement qualifier tout ce beau monde de petite bande d’escrocs.

Titulaire d'une maîtrise en cinéma, auteur d'une Porn Study à l'Université Paris VII Diderot, Clint B. est aujourd'hui chroniqueur de l'actualité porno.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.