Suivez-nous

Actrices

Kaylen Ward, des nudes pour sauver l’Australie

Clint B

Publié

le

Des millions d’hectares de forêt et de brousse partis en fumée, un demi-milliard d’animaux tués, des centaines de milliers de personnes contraintes de quitter leurs foyers, l’Australie est à feu et à sang, littéralement. Paradoxalement, le gouvernement local rechigne à faire appel à l’aide internationale et accepte au compte-goutte les contingents de pompiers dépêchés sur place, sans doute embarrassé par sa gestion discutable de cette crise sans précédent. Les bonnes âmes du monde entier n’ont toutefois pas attendu les états d’âme du Premier Ministre Scott Morrison pour se mobiliser, à commencer par la dorénavant incontournable Kaylen Ward, alias « The Naked Philanthropist ».  Influenceuse et travailleuse du sexe californienne, « la philanthrope nue » a promis, via Twitter, d’envoyer une photo d’elle sans aucun artifice (comme son nom l’indique) à toute personne qui lui transmettrait la preuve d’un don d’au moins dix dollars pour l’Australie. Et la belle samaritaine de partager dans la foulée la liste des organisations agréées. La nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre ; si bien qu’en quelques jours, plus de 500 000 dollars ont été levés. Certaines héroïnes ne portent rien du tout…

Q comme Koala

S’il y a une chose qui se propage plus vite qu’un feu de broussaille dans le bush australien, c’est bien la promesse de recevoir des photos d’une belle nana à poil. Il pourrait presque s’agir d’un vieil adage aborigène, Kaylen Ward en a fait une réalité. Quelques heures seulement après la publication de son tweet pour le moins osé, déjà 7 000 dollars sont levés aux profit de différentes organisations humanitaires australiennes luttant contre la catastrophe : Croix Rouge, services des pompiers, hôpitaux, centre de préservation de la biosphère… Et ce n’est que le début. Les 7 000 dollars collectés se changent bientôt en 50 000, en 100 000, en 300 000… La mobilisation caritative est si intense que Kaylen est vite contrainte de s’entourer pour honorer toutes les demandes. Peine perdue. 500 000, puis 700 000 dollars au dernier comptage, l’instigatrice du nudisme humanitaire arrête les frais le lendemain, complètement dépassée par la situation.

Les flammes, l’Enfer

Parallèlement, The Naked Philanthropist subit de plein fouet le contrecoup de la notoriété. Du jour au lendemain, la petite influenceuse confidentielle de Los Angeles se retrouve déshabillée sur le devant de la scène, et jetée en pâture aux hordes de rustres exigeant leurs nudes en temps et en heure, aux puritains de la première heure, aux trolls. Ses boîtes mails sont saturés, des petits malins ayant trouvé amusant de partager son adresse privée. L’affaire tourne au harcèlement. Tout partait pourtant d’un petit geste drôle et sincère, en faveur d’une terre ravagée par les flammes à l’autre bout du monde, de la part d’une jeune femme de 20 ans qui dut elle-même fuir les incendies californiens avec sa famille, pas plus tard que cet été. « Mon IG a été suspendu, ma famille m’a reniée et l’homme que j’aime ne veut plus me parler à cause de ce tweet. Mais ‘fuck it’, sauvons les koalas. »

Grandeur et décadence des réseaux sociaux

Les plus fabuleux élans de générosité collective sont nécessairement accompagnés des plus flagrantes démonstrations de bassesse, comme un rappel de l’immanente médiocrité humaine. Car, outre la famille honteuse et le boyfriend ingrat, outre les empêcheurs de « nuder » en rond et les faussaires de l’action caritative -certains sont même allés jusqu’à falsifier des justificatifs de don (une place vous est tout spécialement réservée à la table de Satan, sachez-le)-, Instagram a une nouvelle fois trouvé le moment propice pour s’illustrer, en supprimant non pas une, mais trois fois de suite le compte de Kaylen Ward. Le motif, on vous le donne en mille : « contenu sexuellement suggestif ». La plateforme a donc profité du pic de notoriété d’une modèle pour mener sa petite chasse au sex-worker, au beau milieu d’une action caritative, laissant par là même le champ libre aux imposteurs de tous poils. Appâtés par le buzz, les comptes fake se sont multipliés, sans que Kaylen Ward, qui n’a pourtant eu de cesse de les signaler, ne puisse y faire quoi que ce soit. Si Instagram devait se mobiliser pour l’Australie, ils enverraient des bidons d’essence…

« We are the Wold » du cul

Bien évidemment, il est dorénavant inutile de transmettre vos preuves de générosité désintéressée à la belle Kaylen. Comme en témoigne ses derniers messages plutôt alarmants, la bienfaitrice est arrivée à saturation totale et a bien mérité un peu de tranquillité. Loin d’être anecdotique, son action aura permis à elle seule d’acheminer des citernes entières de Biafine à destination des kangourous. Mais en plus, elle aura fait des émules. Et tel un épisode particulièrement audacieux de Captain Planet, d’autres performeuses joignent leurs forces à cette noble cause, à l’instar de l’espiègle Riley Reid qui a pris le relai du « Nudes for Australia ». Photos coquines ou non, vous pouvez continuer de donner, ça n’est absolument pas perdu…

À l’heure où la vente de services sexuels, quels qu’ils soient, n’a jamais été autant réprimée sur les réseaux sociaux, à l’heure où les gouvernements prennent des mesures de plus en plus drastiques contre les travailleurs du sexe, Kaylen Ward a prouvé au monde que son métier pouvait être tout à la fois un levier de mobilisation formidable ainsi qu’un business caritatif à l’éthique irréprochable, l’intéressée n’ayant pas touché un seul centime sur les dons générés. Si avec ça, elle n’a pas mérité une statue à son effigie au milieu de Canberra, je ne sais pas ce qu’il vous faut…

Titulaire d'une maîtrise en cinéma, auteur d'une Porn Study à l'Université Paris VII Diderot, Clint B. est aujourd'hui chroniqueur de l'actualité porno.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.