Suivez-nous

Actu/News

« Human Box », l’art de vous enfermer pour vous libérer !

Yves De Kerambrun

Publié

le

Bruxelles, capitale Européenne mais aussi centre influent des nouvelles tendances en mode, musique électronique… et dans le domaine graphique. Je ne vous parle pas du neuvième art, la BD, mais aussi d’artistes contemporains uniques en leur genre.

De passage dans un café devant l’ambassade du Brésil lors d’une journée pluvieuse, j’ai rencontré un genre d’artiste hors normes comme on les aime. David Mauquoy – c’est son nom – nous accorde une interview exclusive pour « La Voix du X », afin de nous permettre de découvrir sa collection de bocaux baptisée du nom évocateur « Human Box ».

La Voix du X : Bonjour David, mauvais temps ! Ce n’est plus l’époque des mini-jupes, dommage ! Peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ?
David Mauquoy : Je suis né le 24 avril 1965 à Nivelles, en Belgique. Je suis papa et illustrateur de formation. J’ai eu mes diplômes d’Arts plastiques en 1989 à Saint Luc de Bruxelles, puis en 2002 j’ai reçu mon certificat d’aptitude pédagogique C.E.R.A. J’ai commencé par créer des images pour les autres, puis un jour j’ai voulu mettre mon talent à mon profit ! Je me suis posé et j’ai fait la peinture et le dessin dont j’avais envie. Le dessin a toujours été pour moi une forme d’exutoire.

1La Voix du X : On se rencontre pour que tu nous parles de ta passion, de ton expo « Human Box » que j’ai eu la chance de voir avant de te rencontrer. Tu vis de ton art, ou tu as un autre métier en parallèle ?
David Mauquoy : Je suis enseignant depuis plusieurs années, je ne vis donc pas de mon art. Je fais du développement personnel avec mes élèves. J’ai très peu travaillé comme illustrateur, en fait. Le côté social me plaît et me laisse beaucoup de temps pour mon hobby. Je suis énormément dans l’humain car entre le travail que je fais avec mes élèves, mon expo « Human Box » et les portraits que je réalise en parallèle pour des gens en dessin, on reste toujours dans la même dimension, c’est toujours le même fil rouge.

La Voix du X : Mais ton côté enseignant ne te bloque pas dans ton art ? En montrant des gens nus dans des bocaux, il n’y a pas de conflit avec ta direction, des remarques de supérieurs un peu rigides ?
David Mauquoy : Non ! J’ai besoin de ce côté rigide pour mes élèves, j’ai besoin d’être structuré. Quand je crée mes 16 bocaux, c’est mon côté artiste qui se lâche, même s’il faut beaucoup de rigueur pour arriver au résultat final que j’expose. Dans le milieu enseignant, personne ne me parle de ce que je fais en dehors et je n’en fais aucune promotion.

La Voix du X : Si une de tes élèves de plus de 18 ans venait te solliciter suite à un article pour te proposer de poser pour une de tes œuvres, tu accepterais ?
David Mauquoy : Non ! Je ne peux pas accepter car il ne peut y avoir de lien entre une élève et un professeur impliquant de la nudité. Cela pourrait se retourner contre moi. Je ne peux accepter que si l’élève a quitté l’école où j’enseigne, voire plutôt le cycle scolaire.

La Voix du X : Ton premier cobaye à avoir été dans le bocal, c’est qui ? As-tu sollicité des proches ? Des amis ?
David Mauquoy : Le premier à avoir posé nu dans ce bocal, ça a été à moi-même ! Puis une quinzaine de jeunes femmes ont défilé à la maison pour continuer à former et exploiter le concept artistique que je venais de mettre en place. Au bout d’un moment, ma femme a bien voulu aussi jouer le jeu, pour mon plus grand plaisir. Il y a eu un effet boule de neige car l’une de mes sœurs et ma mère de 75 ans l’ont même fait aussi ! Mais il y a eu beaucoup d’inconnus avant.

6D IMG_8508-09-2015La Voix du X : Pourquoi tes modèles sont-ils dans un bocal ? Pourquoi ce côté « étal de boucherie » exposant des cobayes ? Pourquoi pas dans une boîte ?
David Mauquoy : Nous sommes dans un monde de répétitions et d’industrialisation, les gens disent « nous sommes des moutons ». Non ! Le bocal a ce côté uniforme mais les gens sont dedans avec leurs physiques uniques. On voit à travers !

La Voix du X : N’y a-t-il pas un côté voyeur et exposition de « barbaque » ? Tes images donnent l’impression de voir des gens dans des bocaux, comme dans du formol !
David Mauquoy : Non ! Il y a une forme de poésie dans l’image, il n’y a rien qui choque. Ils viennent poser avec un objet de leur choix destiné à être associé à leur personne, leur personnalité. Oui, j’aime aussi provoquer, mais plutôt en jouant avec les contrastes et les choix de couleurs. Je ne voulais pas de côté morbide. J’ai retiré le carrelage blanc pour mettre du bleu, et bien vérifié la teinte de mes images pour que tous les corps soient de couleur chaude, orange. Le bleu du carrelage, une couleur froide, entre en contraste avec la couleur de la vie, le côté orange.

La Voix du X : En visitant ton exposition, j’ai fait le constat qu’il y a un grand nombre de personnes aux physiques divers qui ont posé pour toi. Le nu ne leur pose-t-il pas un problème, à ces amateurs que tu shootes ?
David Mauquoy : Se mettre à nu demande un effort ! Ce n’est pas donné à tout le monde. Donc ma démarche c’est d’avoir des gens volontaires qui se présentent chez moi, je ne vais pas les chercher, je leur explique ce que je fais. Mais l’expérience du bocal c’est de s’ouvrir aux autres aussi, et le nu fait partie de l’expérience. On affiche qui on est, avec un accessoire de son choix. Il n’y a pas de restriction : j’ai eu toutes sortes de personnes accompagnées de leurs animaux de compagnie, leur soumis sexuel ou de leur chère et tendre, gay ou pas. J’ai même eu un couple avec leur bébé, et j’aime mes images car elles ne tombent pas dans le vulgaire ou le dégradant. Mais elles interpellent, ça oui !

6D IMG_8470-09-2015La Voix du X : Il y a un constat à faire quand même : il n’y a pas de femmes de couleur dans ton expo ? Ce ne sont que des gens de type caucasien qui se sont prêtés à ton expérience ! Dommage non ?
David Mauquoy : Sur ma page Facebook, je précise que je suis ouvert à tout le monde. Je n’ai pas eu de personnes métissées ou de couleur qui ont répondu à mon initiative jusqu’à présent. Je le regrette. Mais ce n’est que partie remise. J’aimerais avoir autre chose comme modèles que des types européens. Les cultures africaine et asiatique me plaisent énormément. Aux intéressés de me contacter.

La Voix du X : Deuxième constat, parmi les objets que les gens apportent, il n’y a pas un seul objet ostentatoire, religieux ou politique. C’est toi qui les refuses ?
David Mauquoy : Non ! Effectivement, je n’ai jamais vu ce genre d’objet être proposé par les modèles qui se sont présentés au shooting photo. Ils apportent vraiment ce qu’ils veulent. L’expérience du bocal c’est justement de vouloir en sortir et de s’afficher nu, physiquement et psychologiquement, donc libre. Je pense que les objets religieux ou politiques ne sont pas de bons symboles pour un individu qui désire vouloir sortir de son bocal !

La Voix du X : Si une actrice pornographique te propose de poser pour toi, tu acceptes ?
David Mauquoy : Oui bien sûr ! C’est vraiment ouvert à tout le monde. J’ai déjà eu une dominatrice avec son homme soumis. Le résultat final de chaque tableau pour une représentation ce sont 16 bocaux. Chaque photo amène une réflexion sur les 16 représentations que je fais découvrir au public. Mais l’image que je vais réaliser dans son bocal ne tombera pas dans le côté gynécologique du X.

6D IMG_8472-09-2015La Voix du X : Une œuvre de David Mauquoy, d’« Human Box », coûte combien ?
David Mauquoy : 1850 euros, car c’est plus de 240 heures de travail pour un tableau de 16 vignettes. Il y a déjà 4 heures de shooting plus un entretien préalable. J’ai déjà abordé 160 thèmes dans mes vignettes.

La Voix du X : David je vais te laisser le mot de la fin, et profites-en pour nous redonner les conditions pour poser pour toi.
David Mauquoy : Les conditions sont simples. Il faut être majeur, me contacter par mail ou Facebook, puis on se donne un rendez-vous pour un entretien, lequel est suivi d’une séance de photos de nu. C’est ouvert à tout le monde, il n’y a pas de casting basé sur le physique ou l’âge. Par contre, ce n’est pas rémunéré, j’offre l’image en PDF à la personne dans son bocal.

Photos : D.R. © images sous copyright David Mauquoy

[slideshow_deploy id=’1389’]

Contact :
Page Facebook

Journaliste dans le domaine du charme et de la presse grand public, depuis plus de 22 ans. Jouisseur des plaisirs de la vie. "La chair" de la cuisse et de l'assiette résume les passions de ce libertin hors norme. Homme orchestre, acteur, réalisateur, producteur de vidéo X mais aussi sexe globe-trotter dans les salons érotiques à travers le monde pour les revues coquines européennes. De jour comme de nuit, il traverse les années pour vous faire parcourir les fantasmes de la planète.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.