Suivez-nous

Actu/News

Les 10 pires commentaires de Donald Trump sur les LGBTQ

Mickael Cock

Publié

le

Vous étiez sans doute choqués que Donald Trump ait dit des choses horribles. Trump est une machine qui ne se lasse pas d’énoncer des clichés les plus racistes et sexistes, traitant tour à tour toutes les femmes de bimbos ou tous les immigrés de violeurs. Repassons-nous en revue la compil du top ten des pires commentaires et promesses LGBTQphobes du nouveau W (G. W. Bush).

« Un baiser entre deux mecs en public ? C’est plus choquant que du porno. »

Dans une conversation avec nos confrères de Fox News Sunday, Donald affirmait que s’il était élu, il fera en sorte que la Cour Suprême revienne sur le mariage pour tous. Une promesse pour la Manif pour Tous américaine qu’on a bien peur de voir se réaliser pour nos cousins du Nouveau Monde. Qu’en est-il concrètement ? Cette déclaration a pu lui rapporter des voix de l’Américain homophobe moyen, mais le mariage ayant été ratifié au niveau fédéral, revenir dessus semble impossible. Ce serait comme promettre de supprimer le chemin de fer. L’Amérique a toujours été en marche, peut s’arrêter, mais ne peut pas reculer. C’est dans sa manière d’être. Prêt à revenir sur le pire du pire ? Top, c’est parti !

caitlyn-jenner-01-800-4

  1. Sur Caitlyn Jenner : « J’ai connu Bruce quand il était encore un grand athlète. Il fut l’un des hommes les plus séduisants de sa génération. »

Argh… Donald a ce don de réussir à être grossier dans plusieurs domaines en une seule phrase. Primo, il utilise le mauvais nom et le mauvais genre de Caitlyn Jenner. Peu importe ce que vous pensez de la personne, utiliser son ancien nom et le prononcer est juste une insulte à qui elle est. Ensuite, il use d’une de ses Trumperies légendaires : juger les femmes sur leur physique avant toute autre chose. Joli boulot, Donald, vous arrivez à affirmer une fois encore qu’une femme sur Terre ne vaut le coup que si vous la trouvez baisable.

  1. « L’Amérique finira en enfer, car la NFL a défendu le joueur ouvertement gay Michael Sam. »

Les pensées de Donald sur ce sujet semblent difficiles à suivre, mais il semblerait qu’il ait été touché que la NFL ait mis une amende à un joueur qui a fait une critique homophobe au sujet de Michael Sam. Se plaignant de combien il est dur d’être homophobe de nos jours, Donald déclare : « Les gens ont peur de parler, peur d’exprimer leurs propres pensées. » Quant au bref baiser de Michael Sam à son compagnon, Donald a déclaré : « Ils allaient vraiment le faire devant tout le monde. – Ça faisait un bail que je n’avais pas vu ça. – Et ils allaient vraiment faire ça devant nous. »

10-pires-commentaires-de-donald-trump-sur-les-lgbtq-les-visuel-3-michael-sam

  1. « Arianna Huffington est tellement détestable de l’intérieur que de l’extérieur. Je comprends pourquoi son mari l’a quittée pour un homme. Je comprends sa décision. »

Misogyne et homophobe en un seul tweet ? Il est doué, le Donald. D’un côté, il arrive à affirmer qu’Arianna est tellement laide que même un homme est plus désirable qu’elle. Et la bonne blague, bien sûr, est qu’il faudrait vraiment être dingue pour qu’un homme soit attiré par un autre homme.

Arianna Huffington

  1. « Si le Congrès considère que le Premier Amendement est une priorité, alors je ferai en sorte de protéger la liberté d’expression. »

C’est joli, non ? Sauf que la liberté d’expression que Donald veut protéger, c’est avant tout celle des fanatiques religieux et des homophobes de tous poil. Plusieurs groupes de pression anti-gays sont derrière cette proposition et cela permettra à chacun, entreprise ou employé du gouvernement de discriminer des couples de même sexe et d’utiliser la liberté d’expression et la religion comme justificatif.

  1. « Je ne suis pas anti-gay. Je suis juste contre le mariage gay. »

Ça veut dire quoi, Donald ? On était en 2011 et le débat sur le mariage était à la mode. Peut-être que notre pauvre Donald ne savait pas encore comment les lois marchaient, ce qu’était le mariage ou tout simplement comment transformer des pensées cohérentes en phrases.

  1. « Nous avons des Cours Suprêmes de Justice terribles, ils devraient au moins laisser ça (les cas de mariage de personnes de même sexe) à nos lois locales. »

Cette déclaration a suivi le fait que la Cour Suprême ait ratifié la loi sur l’égalité en matière de mariages. Donald disait que la Constitution devrait être interprétée individuellement par chaque État. Bref, il semble ne pas avoir compris le rôle de la Cour Suprême. La raison pour laquelle il existe une cour fédérale est justement d’uniformiser les lois et la protection constitutionnelle est un de ses domaines de prédilection. C’est ce que les fondateurs ont voulu et c’est ce qui existe, qu’on le veuille ou non.

  1. Ce qu’il aurait dit à son petit-fils s’il était gay : « J’ai été contre (le mariage gay) depuis le point de vue de la Bible, en grandissant avec le point de vue de mes enseignants et en allant à l’école et à l’église le dimanche, j’ai toujours été contre. »

Si t’avais un petit-fils gay, tu lui dirais que c’est un pécheur et qu’il n’a pas le droit d’être marié ? N’espère pas trop d’invits pour la Thanksgiving, Papy !

  1. « C’est comme au golf. Un grand nombre de gens utilisent aujourd’hui ces nouveaux clubs à la mode… beaucoup trop longs et pas très beaux. C’est bizarre. Vous voyez, ces grands joueurs avec ces clubs vraiment trop longs ? Je déteste ça. Je suis pour la tradition. C’est comme pour les gays, j’ai plein d’amis fabuleux qui se laissent tenter par la mode gay, moi je préfère le faire à l’ancienne. »

C’est une bien longue démonstration pour dire que les gays ne devraient pas se marier, car ils sont comme des clubs de golf qui ne vont pas ensemble ?  Sympa de savoir ce qu’il pense de nous. Cette possibilité de visiter notre amoureux à l’hôpital, de recevoir de l’aide humanitaire pendant les désastres, de pouvoir hériter l’un de l’autre, d’être protégé par des procédures légales, d’être traité comme un citoyen américain à part entière – Toutes ces choses, Donald, n’est pas moins important que votre choix d’un bon club de golf. Nous sommes peut-être fabuleux, mais nous ne sommes pas égaux.

10-pires-commentaires-de-donald-trump-sur-les-lgbtq-les-visuel-5-carrie-prejean

  1. Sur la candidate homophobe à Miss USA, Carrie Prejean : « C’est ce que pensent 70% des gens, donc ça ne peut pas être une réponse si horrible. »

Donald défendait la reine de beauté qui a dit à Perez Hilton qu’elle était opposée au mariage gay par ce qu’elle « croit qu’un mariage, c’est un homme et une femme. Sans vouloir offenser personne, c’est comme ça qu’on m’a élevée. » C’est une réponse idiote, mais Donald a réussi à la rendre pire en soutenant que c’était l’avis de la majorité des Américains. Il y a deux erreurs dans cette déclaration : d’après les sondages, il est prouvé qu’une grande majorité des Américains défendaient l’égalité. Et même si certains sont opposés, cela n’a jamais atteint 70 %. Carrie a rapidement disparu de la circulation. Espérons que Donald la suivra un jour.

  1. Au sujet de l’égalité de traitement des personnes LGBT : « Ce n’est pas quelque chose auquel j’aurais consacré beaucoup de mes réflexions. »

Retour en 1999 pour cette citation. Pour être honnête, beaucoup d’Américains ne s’étaient alors pas beaucoup penché sur la question de l’égalité pour les queers non plus. C’était il y a 17 ans. Et on nous regardait au mieux avec quelque curiosité, au pire avec hostilité.

Nous avons classé cette citation en numéro 1, car depuis presque deux décennies, Donald ne semble pas avoir beaucoup réfléchi plus. Même si on lui redemande régulièrement.

Il ne s’est jamais prononcé pour le mariage, n’a jamais pensé qu’on devrait être protégé de la même façon par la loi, juste que nous sommes fabuleuses, si nous faisons partie de son cercle d’amis. Nous avons juste vu son homophobie se calcifier et se cancériser au fur et à mesure qu’il courtise l’aile la plus à droite de son électorat (déjà de droite). Bref, effectivement, il n’est pas forcément « contre » les homos, il n’en a surtout rien à battre, mais est prêt à faire les pires allégations pour plaire à son électorat en disant tout haut ce qu’ils pensent tout bas. Et il faut croire que ce petit jeu lui a malheureusement réussi.

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gay depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.