Deepthroat, quand la gorge n’est pas assez profonde…

Sore throat

Le sexe hard, c’est un fantasme indéniable pour beaucoup de gens. Plus c’est violent, brutal, plus cela excite une large population. Seulement, cela peut parfois amener à des situations cocasses, comme l’a expérimenté un jeune Américain.

Fredy Alanis a réussi à entrer dans l’histoire… en rentrant dans un hôpital. Si on vous dit pipe et pneumomédiastin, vous allez sûrement nous regarder de façon interrogative. Pas de panique, nous allons tout vous expliquer. Ce jeune homme de Chicago se promenait tranquillement sur les ondes d’une célèbre application de rencontre gay pour trouver un compagnon de jeu. Seulement, il est tombé sur un partenaire particulier, doté d’un membre plutôt bien arrangé. Ainsi, les deux hommes ont laissé libre cours à leurs pulsions. En l’occurrence, une envie de sexe bien violent. Forcément, vous avez déjà vu cette image de train plus gros que le tunnel, mais qui rentre malgré tout dedans en défonçant la structure. Et bien voilà, c’est un peu comme cela que l’on pourrait résumer comment notre petit Fredy a découvert le pneumomédiastin.

En gros, sans mauvais jeu de mots, suite à cette fellation, l’œsophage a été percé. Le gros tuyau a cassé le petit tuyau de la gorge, ce qui a fait rentrer de l’air dans la cage thoracique de Fredy, lui causant de fortes douleurs au torse. Comme ça ne passait pas et que ses parents s’inquiétaient, ils décidèrent tous ensemble d’aller aux urgences pour y voir un peu plus clair. Bien sûr que devant papa et maman, le jeune homme n’a pas divulgué la teneur de ses ébats, mais plutôt brodé une histoire afin de rester le petit enfant sage. En revanche, il lui a bien fallu se lâcher devant les médecins, par souci d’être soigné correctement. On imagine la réaction de ceux-ci, d’ailleurs.

Plus de peur que de mal, finalement. Ce trou est bénin et se soigne facilement, malgré trois jours d’hospitalisation, tout de même. Puisqu’il s’ennuyait fortement sur son lit, Fredy a ironisé sur Snapchat en se prenant en photo, bien souriant, titrant « une bite m’a envoyé à l’hôpital ». Cela a fait rire ses amis, mais n’a pas été diffusé ailleurs. C’est en revoyant sa photo, un peu plus tard, qu’il s’est décidé à la poster sur Twitter, bien conscient de la drôlerie de l’image et du contexte. Bien sûr, l’image a tourné, il fallait s’y attendre.

Avec cette photo qui a fait le buzz, le jeune homme a eu l’opportunité d’être interviewé à plusieurs reprises, pour raconter son histoire. Sans jamais rien révéler sur l’identité du casseur de gorge bien membré, on apprend que les deux hommes se sont revus pour d’autres rapports sexuels « moins brutaux ». Il ajoute que la mise en bouche a été délicate au début, vu la taille du marteau-piqueur.

Devant un tel flot de célébrité soudaine, les parents ont découvert le pot aux roses (sans mauvais jeu de mots, encore une fois). Ainsi, Alanis a dû faire face à l’incompréhension de ses géniteurs, mais également à une image de garçon volage. Comme souvent sur les réseaux sociaux, les haters ont déversé une vague de haine sur le blessé, sans doute moins choqués par la brutalité du rapport sexuel que par le fait qu’il ait impliqué deux personnes homosexuelles. D’autres, plus intelligents, ont simplement trouvé cela hilarant, quitte à élever Fredy en véritable héros pour ce fait, rarissime selon les médecins.

Nous noterons tout de même qu’en dehors de la bouche, il n’a pas voulu tenter l’expérience sous la ceinture, au vu de la taille et de la largeur du pénis. Quand on voit les dégâts à la gorge, on n’imagine pas comment cela aurait pu finir par derrière !

Mickael Cock

À propos de Mickael Cock

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gay depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.