Suivez-nous

Actu/News

[Brève #21] Tribunal. Il postait sur un site porno les profils Facebook de ses amies

La Rédaction

Publié

le

«  Je m’étais enfermé dans un monde virtuel. Je ne pensais que ça outrepasserait les limites virtuelles » : voilà ce que Pierre, étudiant  à l’université d’Angers, a donné comme explication à la suite de son procès devant le tribunal correctionnel de la ville.

22 victimes en tout, et une manière de procéder tout à fait particulière, à savoir des usurpations d’identités via des profils Facebook de jeunes femmes, toutes dans la même promotion que l’accusé, en langues étrangères appliquées.

Celles-ci recevaient de plus en plus régulièrement des messages obscènes sur leurs messageries du réseau social bien connu, sans aucune raison apparente : l’une d’elles menait son enquête, et découvrait que les photos de profil avaient été détournées et se trouvaient désormais sur un site pornographique. Photos qui avaient donné lieu à des commentaires tout aussi vulgaires, avec comme dénominateur commun un certain Folamour1.

Face à l’ampleur des dégâts, les étudiantes saisissent la direction de l’université, qui elle-même porte plainte auprès du procureur de la République : une enquête est donc diligentée pour essayer de trouver le fin mot de l’histoire.

De fil en aiguille, les policiers arrivent à remonter jusqu’à Pierre, le camarade de promo des victimes. Il est interpellé en juin dernier, et les policiers présent sur les lieux décrivent la scène : « A 9 h, enfermé dans le noir, devant l’écran d’ordinateur. »

Lors de l’audition du jeune homme, celui-ci donne ses explications « Je ne l’ai pas fait pour agresser. Je me suis créé une sorte de personnage qui me permettait d’écrire ces horreurs« , et avoue même vouloir devenir professeur d’anglais, malgré ses problèmes d’intégration et sa méfiance permanente.

Cette nouvelle affaire de mœurs 2.0 soulève d’autres questions pour l’avocat de la défense, qui met en relief « les aberrations du monde d’aujourd’hui, face à des infractions ‘2.0’. »

La procureur a requis 10 mois de prison avec sursis, une obligation de se soigner, mais également 50 000€ de dommages et intérêts pour les étudiantes.

La Voix du X vous propose les dessous du milieu du porno et tout ce qui gravite autour.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.